Ce qu'il ne faut pas perdre de vue

La dégustation

L'alcoolémie est la teneur en alcool du sang, exprimée en grammes par litre.

Depuis le 15 septembre 1995, le taux maximal d'alcoolémie toléré au volant est de 0,5 g/l de sang (soit 0,25 mg par litre d'air expiré).


Après deux verres, tout s'accélère.Dès cette limite franchie, un conducteur multiplie par deux le risque d'accident mortel.

Alcool et risque d'accident

Par rapport à un usager n'ayant pas bu, le risque d'avoir un accident :

 Taux d'alcoolémie

 Multiplication du risque d'accident

 0,5 g/l

 x2

 0,8 g/l

 x10

 1,2 g/l

 x35

 2g/l

 x80

La sensation du risque n'apparaît pas tout de suite.

Certains n'ont conscience d'avoir dépassé les seuils autorisés que lorsqu'ils notent des changements dans leur comportement. D'autres pensent avoir bu "raisonnablement" ou "normalement". Toutefois, ils font courir un risque considérable non seulement à eux-mêmes mais aussi aux autres. La progression du risque est dramatique. Les conducteurs qui ont dépassé les limites (ils sont 2 à 3 % en moyenne dans la circulation), sont impliqués dans 6% des infractions verbalisées (stops ou feux rouges " grillés "...), 10 % des accidents uniquement matériels, 20% des accidents corporels, pour lesquels un contrôle d'alcoolémie a été effectué. Ils sont également impliqués dans 40% des accidents mortels (soit dans la mort de 3600 personnes chaque année ! ).

Les trois-quarts des accidents constatés, occasionnés par des conducteurs alcoolisés, ont lieu de nuit. Le sur-risque de l'alcool y est donc encore plus net que de jour en regard de ces chiffres puisque la nuit ne représente que 20% du volume de circulation.

On estime que la durée moyenne du temps de réaction dans des conditions normales est évaluée à une seconde environ. En cas d'alcoolémie même légère, le temps de réaction atteint environ 1,5 seconde. Ainsi, un véhicule roulant à 90 km/h parcourt 25 mètres en une seconde et 37 mètres en 1,5 seconde. Ce sont ces 12 mètres qui peuvent sauver une vie !


 Alcoolémie   Effets  Risque d'accident mortel
 0,5 g/l  modification significative des réflexes et du comportement  x 2
 0,7 g/l  aggravation de ces anomalies  x5
 0,8 g/l  aggravation de ces anomalies  x10
 1,2g/l  Début de l'ivresse   x35
 2 g/l  ivresse confirmée   x80

Calculer son alcoolémie

Pour évaluer votre alcoolémie :

une formule simple : 0,5g/l = 2 verres en moyenne.


Il faut savoir qu'il y a autant d'alcool pur dans un verre de vin, un bock de bière ou un verre de whisky (ou anisette, gin) :

10 g d'alcool pur par verre ce qui correspond, pour un individu de corpulence moyenne (70 à 75 kilos) à 0,2 g/l.

ATTENTION ! en particulier pour l'apéritif, les quantités consommées chez soi sont souvent deux à trois fois celles des débits de boisson.


Une grande quantité de boisson faiblement alcoolisée a d'aussi graves conséquences qu'une faible quantité de boisson fortement alcoolisée.Il faut prendre en compte son poids P , un coefficient C différent selon le sexe (0,70 pour un homme - 0,60 pour une femme) et le nombre de verres sur la base de 0,10 g d'alcool par verre.


 Formule (F) = (l0 g x nombre de verres) / P x C

Facteurs de variation de l'alcoolémie

L'alcoolémie varie :

en fonction du temps :

elle augmente au fur et à mesure de l'absorption intestinale puis diminue lentement à la suite de la dégradation de l'alcool par le foie (0,10g/l à 0,15g/l de sang par heure), selon que l'alcool est consommé à jeun ou au cours d'un repas, en fonction de la quantité ingérée mais aussi de degré alcoolique de la boisson.

selon les individus :

une même dose n'a pas le même effet sur chacun,

le poids :

l'alcoolémie est d'autant plus élevée que le poids l'est moins,

le sexe :

la femme est plus sensible que l'homme,

l'état général :

fatigue, maladie.

Effets de l'alcool sur le cerveau

Ces effets se traduisent par :

une diminution de la faculté de perception du danger ;
des difficultés d'évaluation des distances ;
une diminution de la sensibilité à la couleur rouge ;
des difficultés d'adaptation de la vue aux changements de lumière ;
une diminution de l'attention et de capacité de réaction ;
une perturbation du sens de l'équilibre ;
une réduction du champ visuel.